Suisse : comment divorcer en épargnant les enfants le plus possible… ?

On le sait, les enfants pâtissent toujours du divorce de leurs parents. Cela dit, les difficultés émotionnelles et psychologiques qu’ils traversent à cette occasion peuvent être plus ou moins douloureuses et avoir des conséquences de plus ou moins long terme suivant la manière dont se déroule le divorce. Selon une étude relayée par le site suisse spécialisé dans le divorce par consentement mutuel en ligne qu’est divorce.ch (https://divorcech/), près de deux enfants de divorcés sur dix sont encore perturbés 6 ans après que le divorce ait eu lieu.

Quand on divorce à Genève par consentement mutuel on peut s’appuyer sur une médiation
Source : www.divorce.ch

En Suisse la loi pousse à divorcer  « amicalement »

Aussi ne peut-on que pousser les parents à divorcer le plus « calmement » possible et sans faire traîner la procédure. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la Suisse a en 2000, supprimé la notion de « faute » (hors délits pénaux) de ses procédures de divorce, qu’elle en a « standardisé » les réponses juridiques et qu’elle a mis sur pied une option simplifiée du divorce : le divorce par « consentement mutuel «  pour les deux époux qui, d’accord pour divorcer, choisissent de le faire « amicalement .

On peut même le faire en ligne… !

Cette procédure qui ne dure que 3 mois environ, est celle qui épargne le plus les enfants…. Elle épargne aussi les parents qui peuvent ainsi divorcer sans avocat et même en ligne, y inclus lorsqu’ils ont des enfants (55 % de ceux qui sont, pour ce faire, passés par divorce.ch, avaient des enfants) !

Auteur de l’article : Selena